Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

Pierre-Henri Ardonceau, Président de l’Université du Temps Libre d’Aquitaine – Pau

Qui fréquente assidûment l’événementiel à Pau a forcément déjà croisé le chemin de Pierre-Henri Ardonceau. Cinéma, concerts, conférences, inaugurations, rencontres littéraires, peu de choses échappent en effet à son agenda quasi-ministériel et à son goût pour la chose culturelle.

Et si encore il n’était là qu’en spectateur ! Au Méliès, il est membre du Conseil d’administration ; lorsqu’il se rend à un concert ou à un festival, il est correspondant pour Jazz Mag ; et, raison pour laquelle nous avons voulu l’interviewer en ce temps de rentrée des classes, il est depuis janvier président de l’Université du Temps Libre d’Aquitaine – Pau, après en avoir été longtemps directeur. Bref, depuis 2012 qu’il a pris sa retraite de maître de conférences à l’Université de Pau, Pierre-Henri Ardonceau est de tous les combats, combats qu’il mène avec l’esprit d’indépendance et de franchise que l’on lui connaît. Ajoutons à cela l’humour qui le caractérise (les adhérents de l’UTLA le savent bien) et l’on obtient à peu de choses près un portrait du personnage. Mais revenons à ce qui nous intéresse présentement : l’Université du Temps Libre de Pau…

Le Mag : Qu’est-ce donc, en principe, qu’une université du temps libre ?

Pierre-Henri Ardonceau :

Université du Temps Libre, université inter-âges, université du troisième âge, université de tous les savoirs, université pour tous, le concept d’université du temps libre se conjugue sous plusieurs intitulés. Ces universités sont généralement des associations loi 1901, c’est en tout cas le cas de celle de Pau ; il y a donc un conseil d’administration, les adhérents sont régulièrement consultés… etc. Partout en France, l’université du temps libre, quelque soit l’intitulé, a énormément de succès, mais l’UTLA a quelques caractéristiques assez étonnantes. D’abord il y a un prix forfaitaire pour l’année, quelque soit le nombre de cours que l’on suit. Pour 205 euros à l’année, les adhérents peuvent participer à près de 70 cours. Ce n’est pas le cas ailleurs : si l’on prend l’exemple de Toulouse ou de Bordeaux, l’adhésion est à 80-90 euros mais chaque cours est payant, et c’est de l’ordre de 100 à 200 euros par cours. De ce point de vue là, à Pau, nous sommes imbattables… Il faut dire que nous n’avons que deux salariées, qui travaillent dur, alors que dans d’autres universités le chiffre peut monter jusqu’à 8 ou 9 salariés. Et grâce à notre convention avec l’Université, nous n’avons pas à louer de locaux, ils nous sont prêtés contre une modique participation pour l’eau et l’électricité. Sans cela on ne pourrait pas pratiquer de tels tarifs.

C’est quoi la philosophie de l’UTLA ?

On a un slogan que j’aime beaucoup et qu’on utilise depuis 2006, c’est celui de « savoir plaisir ». Les adhérents qui viennent là, ils viennent vraiment pour se faire plaisir, tout en accédant à des connaissances transmises par des spécialistes, lesquels sont pour la plupart d’anciens professeurs et d’anciens universitaires. Et ça marche ! A Pau, nous réunissons actuellement 1950 adhérents. En 2006, il n’y en avait « que » 1200. Nous sommes en progression constante. Et l’on tient beaucoup à l’idée que contrairement à ce que l’on raconte, il n’y a pas que des retraités, loin de là, notamment dans les cours de langue : on y trouve beaucoup d’adhérents qui ont entre 20 et 40 ans.

Quels types de cours peut-on espérer suivre en adhérant à l’UTLA ?

Avec près de 70 cours proposés au menu, on peut dire qu’il y a du choix. Cela va du cours culturel (Histoire, histoire de l’art, littérature, histoire de la musique, géopolitique, sciences, anthropologie, philosophie, etc.) au cours de langue, en passant par les cours d’activités physiques. Côté langue, on atteint cette année un panel qui fait de l’UTLA quasiment une école de langues : on peut y apprendre l’anglais, l’espagnol, le russe, le chinois, l’italien, le japonais, le portugais, l’allemand, l’arabe, le latin et le grec anciens, et même l’égyptien hiéroglyphique ! Les cours d’activités physiques, auxquels on ne pense pas de prime abord quand on ne connaît l’UTLA seulement que par ouï-dire, rencontrent beaucoup de succès. Nous proposons de la Gym Pilates, du Tai chi Chuan, du Yoga, du Qi gong, du stretching, et également de la randonnée en montagne et à la campagne.

L’UTLA, c’est également un cycle de conférences hebdomadaires le vendredi soir, qui elles aussi ont beaucoup de succès…

Oui, on a vraiment trouvé la bonne formule pour les conférences. Nous en avons 22 par an, et on réussit à faire venir pour les animer des conférenciers de très haut niveau sur des thèmes très variés. Leur avantage étant qu’elles sont ouvertes à tous, et non pas seulement aux adhérents. Une manière pour l’UTLA de participer à l’effort du savoir pour tous…

Une question pratique pour conclure : comment fait-on pour s’inscrire ?

On pourra s’inscrire à partir du lundi 16 septembre soit en ligne sur le site de l’UTLA : utla.univ-pau.fr, soit directement aux bureaux de l’Université du Temps Libre, lesquels se trouvent dans l’UFR Lettres de l’UPPA. La rentrée est prévue début novembre pour les cours culturels et cours de langue, début octobre pour les activités physiques. Et l’on ne manquera pas la conférence inaugurale du vendredi 15 novembre à 17h30 sur L’histoire du Blues. Pour tout le reste, et notamment pour avoir accès au programme, rendez-vous sur utla.univ-pau.fr…

UTLA

UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines

utla.univ-pau.fr

Texte / Joseph C.Lacour – Photos / ©Pexel

Related Posts