Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

Le Parkour, de l’art du franchissement d’obstacle

Pour avoir une idée de ce qu’est le Parkour, certains se rappelleront des films Yamakasi et Banlieue 13, le second réalisé par Luc Besson et le premier scénarisé par lui. Et effectivement, on aura ainsi un premier aperçu de ce à quoi cette discipline peut mener, mais ne correspondant peut-être pas tout à fait à ce que David Belle, son fondateur, a voulu pour elle. David Belle qui par ailleurs est un des acteurs principaux de Banlieue 13. Bon, tout cela est confus, reprenons du début… 

Pour savoir ce qu’est exactement le Parkour, nous sommes allés participer à une session de l’association paloise Shock of Street, le seul club de Parkour du Béarn. Et l’on a été surpris. L’entraînement, en effet, n’impliquait pas de grands immeubles à escalader ou de grands fossés à sauter. Il s’agissait d’abord de franchir un obstacle en béton d’un mètre trente de haut environ, en répétant suffisamment le mouvement pour que celui-ci devienne naturel. D’où notre question à l’entraîneur : c’est quoi précisément l’objectif du parkour ?

Réponse : « C’est de faire du franchissement d’obstacle de la façon la plus dynamique, la plus efficace et la moins pénalisante pour le corps possible ». 

Art de se déplacer 

Un adhérent précisera plus tard : « le Parkour, c’est le retour au source du déplacement de l’homme avant qu’il ne se sédentarise. Autrement dit, l’objectif est de retrouver des aptitudes oubliées depuis que l’on s’est arrêté de bouger, comme marcher à quatre pattes, rouler au sol, sauter par-dessus un obstacle, etc. » 

Découle de cette recherche d’un geste « naturel » toute la philosophie de la discipline : l’essentiel ne réside pas dans le spectaculaire, comme on pourrait le croire, mais dans la maîtrise parfaite d’un mouvement permettant de franchir un obstacle. Simple, efficace et sans ambiguïté.

Related Posts