Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

Des concours pour mettre la création étudiante en valeur

Les étudiants ont du talent et les réseaux universitaires font tout pour le cultiver. Sept domaines artistiques font ainsi l’objet de concours chaque année au niveau national. 

Cinéma, photographie, danse, musique, écriture ou encore théâtre, la culture française est riche en arts et entend bien soutenir les passions de ses nouvelles générations en donnant l’opportunité aux jeunes de se lancer. C’est la raison pour laquelle les établissements d’enseignement supérieur et les Crous organisent chaque année sept concours de création étudiante. Petit tour d’horizon.

Une chance pour tous 

Ces compétitions sont ouvertes à tous les étudiants de France, quel que soient leur filière ou leur établissement d’études. De même, chacun peut candidater dans plusieurs disciplines. Rien ne vous empêche donc de concourir au tremplin de théâtre alors que vous êtes étudiant en droit ! Vous pensez que vous n’avez aucune chance de l’emporter face à des concurrents poursuivant un cursus dans ce domaine ? Détrompez-vous ! À titre d’exemple, la lauréate du concours photo 2017 était doctorante en biologie végétale… Sept disciplines vous permettent de laisser libre cours à votre talent. La nouvelle, la bande dessinée, la photographie et le film court font l’objet d’un thème annuel commun, tandis que les domaines du spectacle vivant que sont la danse, la musique et le théâtre proposent des tremplins à thème libre.

Des étapes à franchir 

Ces concours s’organisent en plusieurs phases. Les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur français doivent adresser leur candidature à leur Crous (centre régional des oeuvres universitaires et scolaires). Outre le formulaire d’inscription et leur oeuvre (un écrit, un enregistrement audio, une vidéo ou une note d’intention pour une pièce), le dossier doit comporter une lettre de renonciation de droit à l’image et une autre autorisant la publication. Chaque candidature est d’abord soumise à un jury régional constitué pour chaque discipline. Seules les oeuvres primées lors de cette première sélection seront ensuite présentées aux jurys nationaux.

Une visibilité pour les lauréats 

Qui dit concours, dit nécessairement prix pour le vainqueur ! Et, en l’occurrence, ils ne sont pas négligeables. Dès la sélection régionale, les lauréats reçoivent un chèque, bénéficient d’un accompagnement par le service culturel du Crous et obtiennent surtout des opportunités de diffusion de leur oeuvre. Au niveau national, la récompense financière oscille entre 500 et 2 000, en fonction de la discipline et de la place décrochée sur le podium. De plus, les meilleures nouvelles sont éditées sous la forme d’un recueil, alors que photos, courts métrages, spectacles, musiques et pièces sont présentés dans le cadre d’expositions, de festivals reconnus comme celui de la bande dessinée d’Angoulême ou du court métrage de Clermont-Ferrand, ou encore à travers divers événements du territoire.

Une oeuvre sur la révolution 

Après avoir exploré la « Nuit blanche » l’an dernier, les étudiants désireux de s’inscrire au concours de la bande dessinée, de la nouvelle, du film court ou de la photo vont devoir plancher sur la « Révolution », le thème choisi pour l’année universitaire 2018-2019. Attention : le dossier de candidature doit être envoyé à votre Crous régional avant le 15 mars 2019 pour la nouvelle et avant le 16 mai pour les trois autres. Côté spectacle vivant, il faut vous inscrire au tremplin de musique avant le 15 janvier 2019, tandis que vous avez jusqu’au 12 mars pour la danse et jusqu’au 5 avril pour le théâtre.

Retrouvez plus d’informations sur le portail national : Etudiant.gouv.fr, rubrique « Vous bouger et vous cultiver » et les détails d’inscription sur le site : www.crous-toulouse.fr/culture/creationetudiante/edition2019/

Related Posts