Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

Châteaux Montus & Bouscassé In natura veritas

A qui connaît son langage, la terre parle, mais encore faut-il avoir des oreilles pour l’entendre. Dans le Madiranais, par exemple, elle a crié pendant des décennies qu’elle était en mesure de conclure un pacte avec qui le voudrait bien, un pacte par lequel elle promettrait le meilleur d’elle-même, pour peu qu’on la considère. Ce pacte, c’est Alain Brumont qui y a apposé son sceau. Ainsi actes de naissance furent donnés aux deux châteaux Montus et Bouscassé, à leurs terroirs prodigues et à leurs vins d’exception. En rendant service à son terroir, il rend service à la viticulture, ce qui lui vaut d’être décoré par la légion d’honneur.

Le premier de ces deux châteaux, Montus, caracole dans le top 10 mondial : le second, quant à lui, est régulièrement cité dans le top 100. Quand on pense qu’il y a encore quelques décennies on n’osait à peine élever le Madiran à la dignité toute relative de « vin d’entrée de gamme », on mesure quel tour de force a accompli Alain Brumont en un temps tout à fait record…

De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! Créateur, innovateur, avantgardiste…

Depuis 1980, Alain Brumont a tout mis en œuvre pour créer un vin iconique du Madiran, et du Sud- Ouest, et pour cela, n’a jamais cessé d’être premier. Premier à chercher de grands terroirs, en observant la géologie des coteaux en hauteur ; premier à élaborer un grand tannat, pour que le vin s’exprime jusqu’au siècle suivant ; premier à bâtir un chai d’élevage sous terre et une « cathédrale du tannat » à Montus, dans laquelle reposent les barriques neuves et les foudres avant la mise en bouteille des élixirs qu’ils contiennent. Ce vin a trouvé un écho partout en France, mais aussi mondialement, il est devenu en quelques années un des meilleurs vins au monde. Au Château Bouscassé, il y a construit le premier « Coffre-fort du Tannat », où 6 millions de bouteilles, des grands vins reposent dans un bâtiment des plus sophistiqués, de près de 6 000 m2 ; la température (12° constant) et l’hygrométrie y sont scrupuleusement contrôlées, de plus la structure du chai, une cage de faraday, est même prévue pour résister à des radiations atomiques, à des secousses sismiques, des fois que la terre ne se mette à gronder…

Bio-logique

Parlons-en, justement, de cette terre. Le Madiranais a la particularité d’être assis sur trois territoires, le Béarn, la Bigorre, le Gers. S’y mêlent influences océaniques, climat montagnard et clémence gasconne. Dans ce maelstrom, la vigne s’épanche. Alain Brumont l’assiste dans son expression la plus vraie, en « comptant » et « sculptant » chaque grappe, la plante portera son potentiel à la quintessence. On se limite là à un rendement autorisé par le cahier des charges de l’AOP. Alain Brumont se plaît à dire que son exploitation est « bio-logique »; châteaux Montus & Bouscassé sont d’ailleurs certifié HVE (Haute Valeur Environnemental, niveau 3), dont le cahier des charges est plus rigoureux et global que celui, encore très indulgent, des vins « bio ». Ce n’est pas une révolution en soi : ou, si c’en est une, elle est inscrite depuis l’origine dans l’aventure Brumont. Entre les rangs de vignes, on conserve, pour les fertiliser, le biotope naturel (plus de 1 000 espèces de graminées et la vie des insectes tout autour) et la biodiversité qu’il abrite. Et si l’on utilise du fumier, celui-là est « plus que bio », puisqu’il provient des moutons du Tourmalet et d’Ossau- Iraty… Toujours dans l’esprit de devancer les attentes, le vigneron a créé une fondation qui œuvre pour la sauvegarde des oiseaux, des insectes, de la faune et de la flore.

Une tradition d’accueil

Ce respect témoigné à la nature et à la spécificité du territoire madiranais, elle est plus qu’une logique productiviste : elle est une philosophie de vie. Au château Bouscassé, on a atteint l’autonomie alimentaire en cultivant un vaste potager, par l’élevage de races anciennes, par le prélèvement obligatoire et réglementaire de gibier soumis à plan de chasse (chevreuil, sangliers) qui sentent bon le terroir. A la table d’hôte d’Alain Brumont, on sert les fleurons de la gastronomie gasconne : le porc Noir de Bigorre, le haricot tarbais, la poule noire d’Astarac… mets qui se subliment au contact des différentes cuvées de Montus et Bouscassé. L’excellence escorte l’excellence. Et par chance, elle admet auprès d’elle les curieux, qui sont plus de 20 000 chaque année, désirant lever le voile du mystère de l’unicité des vins Brumont. Une visite n’y suffira peut-être pas, mais permettra à chacun d’approcher la légende de deux châteaux qui, décidément, sont à nul autre pareil.

Vignobles Brumont, Châteaux Montus & Bouscassé

Tél. 05 62 69 74 67

contact@brumont.fr

www.brumont.fr

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

Texte : Joseph C. Lacour – Photos : Vignobles Brumont

Visiter les châteaux Montus & Bouscassé

Les domaines Brumont sont ouverts aux visiteurs, qui viennent nombreux chaque année apprécier les vignes et les chais, goûter aux vins qu’on y produit, s’asseoir à la table d’hôte qui leur est réservée. Les visites Naissance d’une Icône et Secrets d’un grand vin dévoilent les procédés d’élaboration des plus grands vins, et le cœur de la philosophie d’Alain Brumont. Par ailleurs, il est désormais possible de faire la visite des différents terroirs Brumont en VTT à assistance électrique. Une occasion unique de découvrir le Madiranais et de parcourir, à bicyclette, quelques pages de la légende environnant les vins de Montus & Bouscassé.

Related Posts